Une réalisation de Jacques Rhéaume Accueil Conseils Installations Auteur
Deshumanisation   Tentation  d'oublier le monde réel - les péchés: des peccadilles Le chef des tentateurs prit conseil auprès des trônes, des seigneuries, des principautés et des puissances (Col. 1: 16). Il leur demanda alors ce que l'on pourrait faire pour hâter la déshumanisation des humains. À tour de rôle, ils exposèrent leurs points de vue. Les vice-présidents responsables de l'envie, de l'orgueil et de l'avarice donnèrent de brillants comptes- rendus; les chefs de bureaux de la luxure et de la paresse présentèrent de longs rapports. Les avocats firent des conférences sur des échappatoires de toutes sortes. Satan, cependant, n'était pas content. Même l'excellent mémoire du ministre de la défense ne l'avait pas satisfait. D'un air récalcitrant, il écouta un long traité sur la prolifération nucléaire; il joua nerveusement avec son crayon pendant qu'on élaborait la philosophie de la guérilla. Finalement la colère de Satan prit le dessus; il jeta ses notes par terre et se leva brusquement. « Vos déclarations servent votre cause. », vociféra-t-il. « Suis-je condamné à écouter pour toujours des idiots qui essaient de cacher leur incompétence dans un tel verbiage? Est-ce que quelqu'un a quelque chose de nouveau? Est-ce qu'on va passer le reste de l'éternité à veiller au grain comme on l'a fait pendant mille ans? » Alors le plus jeune tentateur se leva. « Avec votre permission, mon seigneur, je vous présente mon programme. » Et Satan s'est assis pendant que le démon lançait son projet de création d'un bureau interministériel de désubstantiatisation. Il soutint que la déshumanisation avançait lentement parce que la stratégie infernale n'avait pas réussi à couper l'homme de sa principale pierre d'assise. En se concentrant sur des offenses contre Dieu et le prochain, on a failli à la tâche parce que la relation aux choses n'a pas été corrompue. Les choses sont toujours très efficaces pour étonner et pour procurer des plaisirs personnels. À cet égard, les puissances de l'enfer n'ont jamais réussi à abolir les bienfaits des choses. Tant que l'homme va s'intéresser aux substances réelles, il va tendre à rechercher les choses sensibles. Par conséquent, ce dont on a besoin, c'est un programme qui priverait l'humanité des choses.

Un professeur veut toujours continuer à enseigner selon ses talents, ses moyens. ses technologies