Une réalisation de Jacques Rhéaume Accueil Conseils Installations Auteur
Les paraboles éducatives Ça se passe en classe: les objets, ancêtres des installations Les objets les plus insolites apportés en classe font toujours un certain effet, du moins selon mon expérience comme professeur. Mais cela relève d'un style d'enseignement qui ne convient pas nécessairement à tous, tout particulièrement aux plus endormants à la voix monotone et faible incapables de sourire d'eux-mêmes et de sortir de la linéarisation livresque. La formule a le don de solliciter la mémoire même après des décennies. Quand une histoire se forme autour d'un objet, on réinvente presque le genre parabole qui aidait déjà à faire comprendre il y a 2000 ans. Heureusement je ne suis pas le seul à utiliser le procédé car je découvre souvent une telle approche à l'état latent chez bon nombre de chercheurs, d'orateurs et de professeurs. L'avantage des objets et des paraboles dans un monde soucieux du respect de créativités personnelles de chacun, c'est que le « copyright » ne s'applique pas et ces paraboles s'amplifient sans qu'aucun auteur n'en revendique la paternité. Par exemple, je peux apporter en classe une poupée « Barbie » sans aucun problème. Je peux même y ajouter des accessoires comme « la classe » comprenant un tableau, des pupitres, des accessoires scolaires et montrer devant ma classe les suggestions d'utilisation. Je peux même composer une histoire et dire qu'un magasin de jouets est un territoire utile pour le sociologue qui n'a ni le temps ni l'argent pour mener une recherche. J'en donne pour preuve le fait que cette « classe Barbie » représente le stéréotype de la classe traditionnelle qui est inculqué aux jeunes même à l'âge préscolaire. J'en tire même la conclusion qu'à cet égard, les parents qui ont acheté cet ensemble et les enfants qui ont joué avec cette trousse en plastique auront bien du mal à apprivoiser les réformes pédagogiques à base de projets et de compétences transversales. Les étudiants qui s'offusqueraient de voir des jouets en classe au niveau universitaire seront les premiers, (à moins qu'il ne s'entêtent à décrier le professeur), à saisir le sens de ce schéma de l'enseignement qui s'imprime très tôt chez l'enfant. Les gens sont souvent limités au premier degré et certains ne comprennent pas le lien entre « la classe » et le sens du schéma qu'on veut transmettre. Par exemple, la vendeuse au rayon des jouets qui me dit que ma petite fille va aimer cet ensemble, ne comprend absolument rien quand j'ajoute que c'est pour moi que je l'achète. Sa phrase toute faite qu'elle doit répéter pour rassurer la clientèle tombe à faux. Le seau à remplir: l'important avant les distractions Cette parabole du seau existe depuis longtemps mais chacun l'utilise à sa façon. Je l'avais proposée dans un premier cours pour de nouveaux étudiants au niveau gradué. Je fabrique une histoire selon le paradigme souvent répété de l'étudiant considéré comme cruche à remplir en jouant sur « la tête bien faite » et « la tête bien remplie ». Dans le seau, on place de gros cailloux jusqu'à ce que le dernier soit à la hauteur du seau. On demande à la classe si le seau est plein. La plupart l'affirme. Mais on réplique en ajoutant des petits cailloux qu'on fait descendre en remuant le seau. Quand il n'y a plus de place, on demande si le seau est plein. Cette fois, on affirme encore davantage que le seau est plein. Mais on revient à la charge avec du sable qu'on glisse entre les cailloux. Quand le sable déborde, on demande si c'est plein. Assurément. Là on ajoute de l'eau qui pénètre dans le sable. Quand l'eau déborde, on demande encore si c'est plein. Certains disent que non mais on affirme que c'est plein et on demande enfin à la classe qu'est-ce qu'on veut démontrer par ce seau tout plein. Les hypothèses les plus farfelues sont énoncées mais on les déclare toutes fausses. On dit tout simplement que l'expérience veut démontrer qu'il faut mettre les gros cailloux pesants en premier. Le sens de la parabole de démonstration s'adresse à ceux qui abordent une recherche, un mémoire ou une thèse. Il faut s'attaquer au plus tôt aux gros morceaux et ne pas se laisser distraire par les accessoires plus attrayants proposés par la vie courante et ses besoins et ses distractions. Le professeur ajoute un sens second en disant que s'il a traîné tout ce matériel pesant en classe, c'est qu'il croit vraiment que bien des étudiants commencent par l'eau et le sable avant d'aborder les cailloux de leur entreprise.  

Un professeur veut toujours continuer à enseigner selon ses talents, ses moyens. ses technologies