Une réalisation de Jacques Rhéaume Accueil Conseils Installations Auteur
Poltergeist   L'esprit frappeur Ce jour-là, l'orage, le tonnerre et les éclairs étaient de la partie. J'arrive à la maison et je m'aperçois, la tempête étant passée, que tout vibre à très basse fréquence, une sorte de battement se fait entendre. Je soupçonne le moteur défectueux d'un camion stationné dans la rue voisine ou l'hélice d'un bateau qui n'avance pas dans le fleuve situé à un petit kilomètre. Dans la maison, le battement est encore plus intense, je me rappelle l'effet du tremblement de terre du 25 novembre 1988 mais la régularité et la persistance du battement m'invitent à chercher d'autres causes. Je pense aux esprits frappeurs des états paranormaux mais je ne crois pas être un bon candidat naïf. Plus scientifiquement, je sais bien qu'on peut créer cet effet avec deux haut-parleurs alimentés par deux ondes sinusoïdales ayant une différence d'environ 5 Hertz. J'examine tout ce qui pourrait produire cela dans la maison mais rien n'y fait, tout est fermé. Ne voyant pas ce qui pourrait produire de tels battements, je pense alors que je ne suis pas le seul à les ressentir et je songe à appeler l'urgence 911. Sur ce, mon épouse arrive à son tour et elle ne peut supporter ces bruits et battements sans avoir la nausée. Elle va donc chez des voisins qui reviennent avec elle et me disent qu'ils ne ressentent rien de la sorte chez eux. La zone vibrante serait- elle limitée à notre maison? Ce voisin qui est ingénieur se fait rapidement rappeler les démarches diagnostiques que j'ai effectuées. On détermine bien que certaines pièces vibrent davantage. À l'étage, c'est encore plus fort et au sous-sol c'est tolérable. Avec l'ingénieur au sous-sol, on décide de vérifier les intrants: la tuyauterie, l'électricité, le téléphone et le câble le cas échéant. La pompe du chauffage est froide, donc aucune circulation d'eau chaude, ce qui est normal en plein été, j'opte alors pour tirer le disjoncteur électrique de toute la maison. Les dames qui étaient demeurées au rez-de-chaussée  nous crient que tout s'est arrêté. Je n'y croyais pas car j'avais vérifié tous les appareils. Désireux de déterminer rapidement la zone de trouble, j'opte pour la remise en marche du disjoncteur principal, quitte ensuite à fermer les disjoncteurs individuels. Je n'ai pas eu le temps de faire cela car le trouble n'est jamais revenu. Un autre étonnement. Avec l'ingénieur, on se dit qu'on a enlevé les symptômes mais non la cause. Aucune explication scientifique me vient en tête. Les spéculations sur les tuyaux d'orgue et les oscillations des haut-parleurs n'invitent à déterminer aucune cause. Serait-ce encore des esprits frappeurs qui changent de médium? La conversation entre nous quatre se fait plus anodine quand je dis soudain: les lits. Les voisins ne comprennent rien à cette solution causale. C'est bien dans la chambre près des lits articulés que les battements étaient assez intenses pour disloquer toute la maison. Effectivement nous avons des lits articulés contrôlés par manette à rayonnement par radio fréquence plutôt que par infrarouge comme pour la plupart des appareils ordinaires. Or ces lits disposent aussi de vibrateurs. Leur effet est détestable et nous ne les utilisons jamais. Tout au plus, a-t-on essayé la chose lorsque les lits furent installés; jamais les deux lits n'avaient été placés simultanément dans cette fonction. La théorie scientifique était exacte, les lits ne devaient pas vibrer exactement à la même fréquence, d'où le battement intense entre les deux qui s'ensuivait. Ma thèse dit aussi qu'on a dû avoir une interruption de courant d'une fraction de seconde, question de placer les deux lits en fonction vibratoire et ondulatoire maximales. Pendant le jour, les symptômes de l'esprit frappeur étaient intenses et inexplicables mais pendant la nuit, le cauchemar aurait été intense, explicable et probablement plus dommageable. On peut se demander après coup si l'esprit frappeur est une hypothèse entièrement farfelue. Si le poltergeist peut se servir des clous et des planches qui craquent, ne peut-il pas se servir des lits électriques télécommandés. Je n'ai toujours pas réussi à répéter l'expérience et à remettre les lits en état de vibration et de battements. Or, il faut qu'une expérience soit répétable pour être réputée scientifique. La nuit dernière, le tonnerre m'a réveillé. J'ai pensé à écrire ce texte et je ne me suis pas rendormi avant la fin de l'orage car j'ai attendu en vain la petite panne qui aurait fait tout vibrer.

Un professeur veut toujours continuer à enseigner selon ses talents, ses moyens. ses technologies